Gilles Servat – La maison d’Irlande
Vidéo et paroles

 
 

Paroles de la chanson « La maison d’Irlande »

chantée par Gilles Servat

  1   Dressée parmi les pierres, c’était une chouette maison
  2   Vers les routes du ciel où l’Irlande est si belle
  3   Où les murets le soir ourlent de noire dentelle
  4   Des parcelles de tourbières et de joncs

  5   Faut passer par un chemin à péter un essieu
  6   Où l’on peut voir les nuages courir dans les flaques d’eau
  7   Et tout au bout, les îles vous en mettent plein les yeux
  8   Les longs sables d’Omey et les cornes de Cruagh [r_]
  9   Chérissons les instants qui se meurent aussitôt
 10   Et qu’on ne reverra plus jamais
 11   Chérissons les instants qui se meurent aussitôt
 12   Et qu’on ne retrouvera qu’au cimetière des photos

 13   C’était une chouette maison où j’entendais, la nuit,
 14   Les camions fous du vent rugir au-dessus de mon lit
 15   Et le lendemain, je regardais la cavalerie charger
 16   Crinières blanches à l’assaut des rochers

 17   Crépitement de la pluie en rafales de tambour
 18   Dans l’odeur de la tourbe, j’écrivais tout le jour
 19   Et le samedi, quand j’allais chez Terry faire le plein
 20   Au milieu de tout ce monde, je me croyais à Dublin
 21   [r]

 22   Et le matin du départ, le ciel était tout clair
 23   Sur le chemin, je voyais Achill, Bofin et Clare
 24   Un jeune soleil tout propre empoudrait les sommets
 25   Et les flots du Streamstown s’enflammaient

 26   J’y suis retourné souvent pour d’autres grands bonheurs
 27   J’ai des amis là-bas, je leur ai laissé mon cœur
 28   Oui, mais la dernière fois, j’étais un peu perdu
 29   Quand mes amis m’ont dit: «La maison est vendue»

 30   [refrain, deux fois]

   

AMAZON US
AMAZON UK